Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La lettre du groupe CGT du CESER relatives à la session pleinière du 1 Février 2017

hemicycleLa_lettre_du_groupe_CGT_du_CESER_des_PDL_n_129_- Session d'installation de la nouvelle mandature du CESER pays de Loire - le vote CGT - la délégation CGT au CESER

Convention TER pays de Loire : l’avenir des guichets dans les gares TER menacé

montage_gare_DEF_logo.jpgLa nouvelle convention 2018-2023, liant le Conseil Régional des Pays de la Loire et SNCF Mobilités, porte des éléments de déclin préoccupants pour les milliers d’usagers qui prennent le train chaque jour et pour les cheminots qui se voient privés des moyens indispensables à une production de qualité.

Cette page internet (https://conventionterpaysdelaloire.jimdo.com/ ), met à votre disposition des liens vers différents documents : extraits de la convention, décryptages, actions et propositions portées par la CGT, etc. Cette page n’étant pas figée, vous pourrez y trouver de nouvelles informations au fil du temps. Usagers, Citoyens et Cheminots nous avons un intérêt commun : préserver et développer l’accès à un Service Public ferroviaire de qualité, pour toutes et tous.

Partager l’adresse de cette page est un premier pas !

Les lettres du groupe CGT du CESER relatives à la session pleinière des 18 et 19 décembre 2017

hemicycle

Lutter pour la dignité de nos ainé .e .s, c’est la conserver !

TOUS ENSEMBLE DANS L’ACTION Le mardi 30 Janvier 2018 ! Appel à la grève nationale de tous les EHPAD ça bouge dans les Ehpad le 30 janvier Cette journée ne doit pas être une action isolée, mais s’inscrire dans un processus de luttes locales et nationales afin d’obtenir les moyens de pouvoir travailler dans des conditions permettant une prise en charge digne et humaine de nos résident.e .s.

Virgule de Sablé : une nouvelle interruption des circulations des TER !

cheminots régionLundi 22 janvier 2017, depuis minuit, SNCF Mobilités ne fait plus circuler de train TER entre Laval et Sablé-sur-Sarthe par la « Virgule » de la LGV Bretagne/PDL conformément à la demande du Conseil Régional. Cette décision est la conséquence de l’incapacité de l’entreprise EIFFAGE, gestionnaire de la ligne grande vitesse, à faire circuler en toute sécurité le matériel TER (Z21700) sur son réseau.

Les faits : Après un premier arrêt de ces circulations en septembre 2017, c’est une seconde période qui s’engage sans aucun train direct Laval-Nantes dans les deux sens, pour une durée indéterminée. En cause, de nouvelles séries de tests insatisfaisants concernant le shuntage des TER sur la ligne à grande vitesse au-delà de la simple « virgule ».

La possibilité de circulation en unités multiples rejetée ! Les derniers tests avaient permis de valider les circulations à deux rames jumelées. Limitée en matériel, SNCF Mobilités proposait donc d’assurer ainsi 2 allers/retours par jours en lieu et place des 5 actuels. En refusant ce mode d’exploitation, le Conseil régional met donc la pression sur EIFFAGE pour qu’une solution pérenne soit trouvée au plus vite, permettant l’exploitation de cette ligne dans le respect des normes de sécurité.

Pour la CGT, EIFFAGE est un intervenant de trop ! La gestion en Partenariat Public Privé (PPP) démontre là une de ses nombreuses limites. Non seulement cette entreprise privée n’a pas été en mesure de fournir une installation totalement fonctionnelle, mais nous constatons aujourd’hui qu’elle est incapable de répondre seule à ses obligations techniques. À ce jour la SNCF, au travers de l’exploitant SNCF Mobilités et le gestionnaire d’infrastructure SNCF Réseau, assume en grande partie les coûts de ces dysfonctionnements. Le premier en indemnisant les usagers, le second en fournissant de gros moyens humains d’ingénierie et matériels. Finalement, EIFFAGE n’est qu’un interlocuteur de trop pour faire circuler au plus vite des TER 200km/h sur la ligne grande vitesse.

La CGT réaffirme que la SNCF, doit être une entreprise unique et intégrée, et condamne la privatisation sous toutes ses formes, qu’elle touche le réseau au travers des PPP ou l’exploitation des trains. L’histoire et les récents événements démontrent que l’on ne s’improvise pas cheminot-e-s. Toutes les composantes de cette profession, de l’ingénieur au vendeur de billet... doivent travailler en cohérence. C’est incompatible avec le découpage grandissant du système ferroviaire français actuel.

- page 1 de 33