Comité Régional CGT des Pays de la Loire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pour un Service Public de l’Energie : analyses et propositions de la CGT

energie_bien_commun.jpgLes électriciens et gaziers sont en lutte depuis plusieurs jours. Leurs revendications vont bien au delà du catégoriel et la CGT met en débat son projet de Service Public de l’Énergie.

Service Public de l'Energie : adresse aux usagers

livret préconisations pour un service public de l'énergie

Cahier d'acteur CGT pour le débat énergie

Le 12 juin 2018, les cheminots contre attaquent au Conseil régional !

fier_cheminot.jpg95 % des cheminots rejettent le « Pacte ferroviaire» gouvernemental d’ouverture à la concurrence, de réduction du réseau ferré, de casse des conditions sociales. En réponse, les organisations syndicales proposent une plateforme revendicative en 8 points qui restaure les fondements d’un véritable service public ferroviaire.

Ces enjeux nationaux trouvent évidement des déclinaisons locales, particulièrement au Conseil Régional Pays de la Loire, dont la majorité LR a devancé la loi et négocié en 2017 une convention TER aux ambitions limitées avec la volonté d’ouvrir au plus vite à la concurrence...20180612_Projet_CDP_Rassemblement_Unitaire_CR.pdf

C’est pourquoi le 12 juin, ils se rendront en cortège au Conseil régional , en vue de rencontrer sa présidente Chrystelle Morançais et lui remettre les signatures de la pétition unitaire pour défense des guichets. Départ prévu accès sud de la Départ prévu accès sud de la gare de Nantes à 10h00.

Marée Populaire le 26 mai en région

maree_popu.jpgLa CGT appelle à une large mobilisation le samedi 26 mai 2018

Engagée aux cotés des salariés dans de nombreuses luttes au sein des entreprises, des services publics pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité la CGT propose une nouvelle journée de mobilisation le samedi 26 mai 2018.

Il s’agit de rassembler la jeunesse, les retraités, les salariés en emploi et hors de l’emploi, les précaires ainsi que toutes celles et ceux qui, solidaires des luttes en cours, ne sont pas encore engagés dans l’action.

Des initiatives diverses seront organisées localement, dans tous les départements, pour permettre au plus grand nombre d’y participer.

Partout, la CGT appelle d’autres forces sociales à « une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité » qui doit déferler pour imposer une autre répartition des richesses dans notre pays. Faut-il rappeler que la France est le premier pays au monde en matière de dividendes versés aux actionnaires, soit l’équivalent de 407 milliards d’euros en 10 ans. Cela au détriment de l’intérêt général et du pouvoir d’achat.

Compte-tenu de l’urgence sociale, la CGT a pris la décision de construire cet appel avec d’autres organisations syndicales, associatives et politiques dans le respect des périmètres d’intervention et des prérogatives de chacune des organisations. La CGT reste ainsi fidèle à ses principes d’indépendance tout en favorisant l’expression du plus grand nombre de citoyens.

Pour la CGT, cet appel est complémentaire aux autres mobilisations en cours, déjà programmées et celles à venir.

À ce titre, la CGT poursuivra sa démarche de rassemblement des salariés et des différents syndicats dans l’unité la plus large, à l’image de ce qui se fait dans de nombreuses professions, services ou entreprises.

La réussite de cette journée d’action sera un nouveau cap dans la construction d’un rapport de force indispensable à développer pour contrer les mauvais coups du patronat, du président Macron et de sa majorité parlementaire, et pour faire valoir l’exigence d’autres choix économiques et sociaux.

RAPPORT DURON STOP A LA LIBERALISATION DES RESEAUX DE TRANSPORT

main_stop.jpgLes derniers événements hivernaux du début février et mars 2018 en région parisienne, nous ont rappelé la situation catastrophique des services publics des infrastructures routières. Avant 2007, il y avait 33 000 agents dans les ex D.D.E. (directions départementales de l’équipement) qui ont été transférés dans les D.I.R. (directions interdépartementales des routes) sous la houlette du gouvernement SARKOZY. Aujourd’hui, en 2018, il y a à peu près 5000 agents dans les DIR intervenant directement sur les réseaux routiers. Les routes sont maintenant gérées par une multitude d’acteurs : État, départements, Métropoles, Régions, communes et communautés de communes, ce qui dilue les responsabilités, diminue l'efficacité et n'autorise plus la mutualisation des moyens en totale contradiction avec les restrictions de dotations aux collectivités locales. Tract_rapport_DURON_infrastructures.pdf

  • Il faut mettre fin au dumping social qui mine le secteur des transports qui favorise les délocalisations.
  • Il faut mettre un frein au développement de la précarité camouflée derrière le mythe des « auto-entrepreneurs » et des plateformes de type Uber.
  • Nous proposons aussi la renationalisation des sociétés d’autoroutes et de mettre à contribution les recettes qu’elles génèrent en faveur des transports collectifs et du report modal.
  • Nous appelons les salarié-e-s, les usagers et la population à s’unir, à débattre et agir contre la future « Loi d’Orientation sur les Mobilités » (LOM) pour la rejeter pour qu'elle soit abandonnée, car ce sera une loi de régression guidée par des choix d’austérité, qui sanctuarisera la concurrence et la libéralisation des transports.

Amplifions les convergences pour gagner un service public rénové, moderne et doté des moyens lui permettant de répondre à l’intérêt général en matière sociale, d’emplois, d’aménagement des territoires et de reconquêtes industrielles, de santé publique et d’environnement.

Nantes : 120 cheminots interpellent la ministre des transports

fier_cheminot.jpg120 cheminots et usagers se sont rendus en cortège (le 04/05) de la gare de Nantes à la préfecture des Pays de la Loire afin d’interpeller Elisabeth BORNE, Ministre de Transports, en déplacement aujourd’hui sur la région.

A la demande des organisations syndicales CGT et SUD-Rail, une délégation a été reçue par le chef de cabinet de la Ministre et le directeur de cabinet de la Préfète, qui ont ensuite participé à l’entretien.

La CGT a fait lecture d’une déclaration portant sur les désaccords des organisations syndicales avec le projet de « Pacte ferroviaire » gouvernemental et décliné les 8 points constituant la plateforme revendicative unitaire nationale.

La CGT et SUD-rail ont également réitéré leurs exigences de voir le processus législatif stoppé et l’ouverture immédiate de négociations tripartites : organisations syndicales/Gouvernement/patronat. En ce sens elles ont exprimé leur attente d’engagements forts de la part du 1er ministre le 07 mai à l’occasion de ses rencontres en bilatérales avec les Confédérations.

20180504_cdp_rencontre_os_borne_v2.pdfLe communiqué de presse

- page 1 de 37